Actualités

« KICKBACKBRUSH » du 25 novembre au 31 décembre à la Galerie Incognito au 16 rue Guénécaud 75006 Paris

PunkieGoldie, 2021. Acrylique sur feuilles d’or. 100 x 100 cm. Copyright Jacques Halbert.

Exposition des oeuvres récentes de l’artiste et lancement de l’édition de tête de son ouvrage « Moi, j’aime les cerises », Editions Château de Montsoreau – Musée d’art contemporain.

Signatures :

– Jeudi 25 novembre de 17h à 21h
– Samedi 27 novembre à 16h
– Mardi 30 novembre à 22h*
*l.h.o.o.q X Castel 15 rue Princesse Paris 6

La galerie incognito présente KICKBACKBRUSH du 25 novembre au 31 décembre 2021 au 16 rue Guénégaud Paris 6. La cerise de Jacques Halbert, ce n’est pas de la tarte. Alors quand on lui propose en 2020 la production d’objets en porcelaine de Limoges, l’artiste se refuse à réaliser de la vaisselle. Car la cerise est trop associée à la nourriture pour finir dans le fond d’une assiette.
Jacques Halbert a choisi le pinceau, l’outil de l’artiste. Celui qu’on trempe dans la peinture et qui vient flirter avec la toile, la recouvrir de couleurs, de formes, de signes. Celui dont il faut prendre soin après chaque utilisation car au fond si une toile peut se peindre comme une porte (Maurice Denis), un pinceau peut bien se laver comme une assiette. Le pinceau est le prolongement de la main de l’artiste. Avec la composition, il est aussi celui qui fait que chaque cerise peinte sera différente. En 1976, l’artiste réalise son premier Pinceau Peint, un pinceau généreusement trempé dans la peinture et sur lequel seront peintes des cerises. Cette œuvre affirme déjà une radicalité car de ce pinceau ne sortiront que des cerises.PUNKYGOLDIES, peintures récentes, seront également exposées, elles constituent une série démarrée en 2020 qui s’inscrivent dans une continuité qui pousse l’artiste à interroger la peinture et les techniques primaires de la peinture. Monochrome réalisé à la feuille d’or posée sur la toile, les cerises font ressurgir les icônes de l’art byzantin et des techniques de dorure que l’artiste s’est approprié à sa manière.

Jacques Halbert dédicacera son livre « Moi j’aime les cerises » le soir du vernissage, 25 novembre 2021. Un autoportrait en négatif de Jacques Halbert, recueil de textes rédigés par diverses personnalités, artistes, cinéastes, philosophes et critiques d’art dans un argumentaire contre son œuvre. Tentative de définition de soi à travers le regard négatif de ses contemporains. Publié suite à l’exposition Jacques Halbert « Cerises » au Château de Montsoreau – Musée d’art contemporain du 10 juillet au 13 novembre 2020. Tarif : 17 € ou édition de tête 120 € / 186 pages


EXPOSITION

Cerises essentielles au musée céramique Saint-Yrieix

Commissaire : Maribel Nadal Jové

Du 29 mai au 21 octobre 2021
Musée céramique
Place Attane 87500 Saint-Yrieix

 

Chaque année, la Ville de Saint-Yrieix invite des artistes en résidence à investir la richesse de son patrimoine, son territoire et ses savoir-faire. En 2021, l’invité est l’artiste Jacques Halbert. Avec le concours de la manufacture locale LS Art et Création, située à Saint-Yrieix, sur le site ancien de La Seynie, il a expérimenté ici pour la première fois la richesse de la porcelaine. 

A l’occasion de cette exposition personnelle consacrée à Jacques Halbert, le musée céramique de Saint-Yrieix dévoile au public ses œuvres inédites réalisées durant sa résidence.

Every year, the City of Saint-Yrieix invites an artist in residence to invest the richness of its heritage, its territory and its know-how. In 2021, the guest is the artist Jacques Halbert. With the help of local factory LS Art et Création, located in Saint-Yrieix, on the old site of La Seynie, there he experimented the richness of PORCELAINE for the first time in his career.

On the occasion of this personal exhibition dedicated to Jacques Halbert, the Saint-Yrieix ceramic museum unveils his new works to the public, specially created during his residency.


EXPOSITION

Peintures pour les oiseaux au musée Cécile Sabourdy

Commissaire : Maribel Nadal Jové

Du 1er juin au 30 septembre 2021
Musée & Jardins Cécile Sabourdy
Rue Chauvaud 87260 Vicq-sur-Breuilh

 

Projet composé de trois tableaux installés à hauteur des volatiles, conçus pour résister au climat, en plein air. Curieusement les œuvres ne s’adressent pas aux êtres humains ! Un genre de pied de nez aux spectateurs qui peuvent à distance utiliser le zoom de leurs téléphones portables pour mieux les admirer. Dans son parcours, l’artiste nous a déjà placés dans une position de voyeur. Plusieurs de ses installations offraient des points de vue non conventionnels aux visiteurs, comportant des judas ou jouant sur une distance inattendue entre le public et les œuvres, comme au Frost Art Museum de Miami, visibles seulement avec des jumelles. Dans les Jardins du musée, des cerises réelles côtoieront un temps les cerises peintes. Les limites de la réalité sont brouillées. Les oiseaux véritables s’y laisseront-ils prendre ?


Project composed of three paintings installed at birds flying level.   Curiously the works are not addressed to human beings! A kind of nose-thumbing to the spectators who can remotely use the zoom of their cell phones to better admire them. In his career, the artist has already placed us in a position of voyeur. Several of his installations offered unconventional points of view to visitors, with grommets or playing on an unexpected distance between the public and the works, as in the Frost Art Museum in Miami, visible only with binoculars. In the Museum’s garden, real cherries will rub shoulders with painted cherries. The limits of reality are blurred. Will the real birds fall for it?


EXPOSITION

Le goût de l’art, l’art du goût, Château du Rivau, Léméré

Commissaire d’exposition : Patricia Laigneau

Jusqu’au 1er novembre 2021

Exposition collective avec : Pierre Ardouvin, Jean-Pierre Bertrand, Hilary Berseth,Armelle Blary, Corine Borgnet, Lilian Bourgeat, Denis Brihat, Changki Chung, Mat Collishaw, Marie Denis, Damien deroubaix, Mark Dion, Lionel Esteve, Richard Fauguet, Jacques Halbert, Cécile Hartmann, Dorothy Ianone, Ali Kazma, Kim KototamaLune, Rachel Labastie, Violaine Laveaux, Hervé Le Nost, Taikun LI, Saverio Lucariello, Julia Malinowska, Fabien Merelle, Antoni Miralda, Marlène Mocquet, David Nicholson, Vincent Olinet, ORLAN, Irving Penn, Till Rabus, Antoine Roegiers, Satoshi Saîkusa, Dorothée Selz, Georgio Silvestrini, Cédric Tanguy, Gavin Turk, Fabien Verschaere, Patrick Van Caeckenberg, Sung Yeon Ju

Pour fêter ses 20 ans d’ouverture au public, le château du Rivau a choisi de célébrer l’énergie et la vitalité des belles années de jeunesse autour du thème du goût. https://www.chateaudurivau.com/fr/art-expo-rivau-2020.php

Chocolart, 1978/2020, diverses techniques, 120 x 77 cm.


I dit it my e-Busway, Nantes

Jacques Halbert peint sa première cerise en 1974. Il la déploie dès lors non seulement sur ses toiles, mais aussi dans la ville, sous forme d’autocollants, sur des palissades, des pancartes de manifestation, des véhicules, etc. Ce motif comme revendication de sa position artistique mène l’artiste de la peinture à la perfomance, de la France aux Etats-Unis. Avec humour et dérision, il s’efforce de relier l’art et la vie. De l’abstraction à la figuration, Jacques Halbert s’empare du e-Busway et l’habille d’un monochrome « qui cache son jeu », les cerises ne se dévoilant qu’à mesure qu’on s’en approche.

Jacques halbert painted his first cherry in 1974. Since then, he has spread them onto his canvases, his life and the city in the form of stickers, fences, protest signs, vehicles, and more. This motif as a political symbol of his artistic position has taken the artist from painting to performance, and from France to USA. With humour and derision, the artist does everything he can to link art to life. From the abstract to the figurative, Jacques Halbert takes over the e-Busway and clothes it in a monochrome that plays « hide and seek » with the spectator, since the cherries only reveal themselves as the bus approaches its destination.

%d blogueurs aiment cette page :